SIMONNET, Cyrille, 2005. Le béton histoire d’un matériau: économie, technique, architecture. Marseille : Editions Parenthèses.

Le béton armé fut-il découvert ou inventé ? Autrement dit, que savait-on de cette technique avant qu’elle ne prenne le nom de matériau ? Et avant même d’être « armée », que représentait pour les constructeurs ou les architectes cette espèce de boue épaisse, informe, seulement bonne à solidifier la masse des murailles ou des fondations ? Le béton aujourd’hui concentre sur lui beaucoup de haine (pour l’homme de la rue), mais aussi beaucoup d’amour (chez les architectes). Ce divorce affectif ne doit pas masquer le processus complexe et profondément enraciné dans l’histoire qui a conduit à son fantastique développement, jusqu’à en faire le matériau le plus utilisé dans le monde pour la construction depuis cinquante ans.

C’est là l’objet de ce livre : explorer les origines, entreprendre la genèse d’une technique aujourd’hui parfaitement banalisée, mais qui aura mis presque deux siècles à se constituer. C’est peu, certes, au regard de l’histoire de l’architecture. Mais c’est beaucoup pour ce que l’on en retient en réalité : un matériau économique, flexible et passablement laid. Il y a pourtant de la matière, si l’on peut dire, pour interroger le bâtisseur et la bâtisse. La « pâte de pierre » dont rêvaient certains architectes du XVIIe siècle semble avoir eu définitivement raison des corporations de métier contre lesquelles elle devait lutter.

Le métal est certes venu éclipser spectaculairement l’espèce de lutte sourde entre les métiers du bâtiment et les constructeurs et les architectes ont mis du temps à comprendre ce que pouvait signifier pour leur art l’apparition d’un nouveau matériau. En relisant l’extraordinaire aventure du béton on peut reconstituer la trame complexe des idées, des expériences, des refus, des espoirs qu’a suscité la mise au point de ce matériau depuis qu’on s’est mis en tête d’imiter la pierre.